Quand le tourisme gagne, c'est la France qui gagne ! Lancement du 65e congrès de l'UMIH à Reims

22/11/17

Extrait du discours d'ouverture du 65e congrès de l' UMIH - Roland HEGUY

Mesdames, Messieurs, chers amis,

J’ai face à moi les hommes et les femmes qui représentent toute notre profession. Devant les administrations, devant les pouvoirs publics, devant l’opinion. […]

Alors, nous n’avons pas le droit à l’approximation, quand on représente la profession, quand on représente des milliers d’entreprises. Nos mains ne doivent pas trembler quand nous prenons une décision, quand notre signature engage toute la profession. [...]  Nous vivons une évolution de l’UMIH. Pas une rupture. Surtout pas une rupture. C’est un moment-clé qui va façonner l’UMIH. D’un côté un changement institutionnel qui impose le regroupement des branches. Et d’un autre côté, notre volonté de passer à une autre dimension.[...]

Le congrès de l’UMIH, c’est aussi une occasion d’ouverture, d’échanges que nous aurons avec nos invités. Je pense en particulier à la venue du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Autre temps fort, ce sera l’intervention du philosophe Charles Pépin. [...] Jeudi, on aura le plaisir de recevoir le sociologue Jean Viard sur le tourisme. Puis nous aurons une table ronde sur le thème « Quel avenir pour nos métiers et nos diplômes ? ».

Je trouve utile que nous ouvrions notre congrès à des personnalités venues d’autres horizons. Je crois que cela apporte une profondeur à notre congrès. Et je sais que vous appréciez ces moments.

Bon congrès à tous.

Télécharger le programme du congrès 




Intervention de Charles Pépin, philosophe : Et si nous changions de regard sur l’échec ?

En France, échouer est mal perçu. Nous y voyons une faiblesse, une faute, et non un gage d’audace et d’expérience.

Pourtant, les succès viennent rarement sans accroc. Charles de Gaulle, Stanislas Wavrinka, Soshiro Honda, Winston Churchill, Serge Gainsbourg ou Barbara ont tous essuyé des revers cuisants avant de rebondir, de bifurquer et de s’accomplir.

Relisant leurs parcours et de nombreux autres à la lumière de Marc-Aurèle, Aristote, Nietzsche, Freud, cet essai nous apprend à réussir nos échecs. Il nous montre comment chaque épreuve, parce qu’elle nous confronte au réel ou à notre désir profond, peut nous rendre plus lucide, plus combatif, plus vivant.Un petit traité de sagesse qui nous met sur la voie d’une authentique réussite.

“Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse
de distinguer l’un de l’autre.”

Marc-Aurèle